S'informer L'écologie urbaine Le Plan Climat Territorial
Le Plan Climat Territorial
Le Plan Climat Territorial : où en est-on ? PDF Imprimer

Nanterre a été une des premières villes de France à adopter, dès 2007, un Plan Climat Territorial. Un engagement pris en amont du Grenelle de l’environnement et dans la continuité des différents sommets internationaux sur la crise environnementale. Ce plan a été adopté à l’unanimité par le conseil municipal le 13 février 2007. Il a été récompensé du Grand Prix de l’Environnement 2007 des villes d’Ile-de-France.


 
Le bilan des émissions de gaz à effet de serre en 2005-2006 PDF Imprimer

Un bilan des émissions de gaz à effet de serre directes et induites a été réalisé sur l’ensemble du territoire, suivant la méthode ADEME dite du « bilan carbone », fin 2005 début 2006.
Puis,  à  titre  expérimental  et  toujours  en  partenariat  avec  l’ADEME,  un  second  « bilan carbone », cette fois à l’échelle du territoire, a été réalisé dans neuf autres collectivités -dont le département des Hauts-de-Seine, la Région Ile-de-France et l’EPA Seine-Arche. Objectif : disposer d’un ordre de grandeur des émissions et surtout des postes les plus émetteurs.


 
Etat des lieux du Plan Climat Territorial début 2011 PDF Imprimer

Quatre ans après son adoption, certains objectifs du plan climat sont atteints voire dépassés, d’autres sont devenus obsolètes par rapport aux ambitions des lois Grenelle (lire à ce sujet : les objectifs des lois Grenelle et leur influence pour Nanterre).


 
Les objectifs des lois Grenelle et leur influence pour Nanterre PDF Imprimer

Selon les lois Grenelle, la France se fixe comme objectif de devenir l’économie la plus efficiente en équivalent carbone de la Communauté européenne d’ici à 2020. A cette fin, elle prendra toute sa part à la réalisation de l’objectif d’au moins 20% des émissions de gaz à effet de serre de la Communauté européenne à cette échéance, cet objectif étant porté à 30% pour autant que d’autres pays industrialisé hors de la communauté européenne s’engagent sur des objectifs comparables et que les pays en développement les plus avancés apportent une contribution adaptée.