Question de la semaine

Combien y a-t-il d'éco-quartiers à Nanterre?
 
facebook


Accueil Actualités Les artistes se mobilisent aussi
Les artistes se mobilisent aussi PDF Imprimer

portraitDe plus en plus d’artistes, peintres ou plasticiens, s’emparent des thèmes écologiques. Ainsi, à partir du mercredi 4 mai (vernissage à 18h, téléchargez l'invitation), la Maison de la musique de Nanterre présente deux œuvres dans le cadre des 5e Assises pour la ville sur le thème de l’écologie urbaine.

Et d’abord Ours pollué, une gravure sur plexiglas de 2 mètres sur  2 réalisée par un jeune plasticien de 28 ans, Benjamin Laading. Sa caractéristique : les traits de gravure sont soulignés par l’application de graisses noires issues des pollutions atmosphériques.

Pour lui, «  la contradiction entre le plastique blanc, très pur et brillant, et les cambouis et saletés qui viennent s’incruster dans les rainures symbolise ces étendues de neige immaculées qui sont souillées par les routes bordées de neige marronnâtre ». Une image forte pour cet artiste de nationalité norvégienne qui participe au collectif Artystreet, acteur des pratiques urbaines à Nanterre. Cette pollution, il est allée la ramasser au chiffon, sur les carrosseries des voitures, les vitrines, les cabines téléphoniques et même dans le tunnel routier qui passe sous La Défense. Quant à l’ours blanc, « Je voulais un ours agressif, or les photos montrent toujours des ours polaires soit mignons, soit tristes… » Benjamin Laading a donc dû créer lui-même l’image de l’ours ; un photomontage réaliste dégradé ensuite « dans un geste animal ». L’oeuvre est en vente, son prix : 3 500 euros.

img_2448Seconde œuvre présentée : Green Planet, Earth, un dessin réalisé par Florence Cosnefroy Ragot (encre de chine, marqueur et aquarelle sur papier contrecollé sur tissu). Cette artiste plasticienne vit à Nanterre où elle anime des ateliers de pratiques artistiques –une autre de ses oeuvres Colorama, est actuellement exposée à l’Agora.  Earth fait partie d’un ensemble de quatre dessins réalisés pour l’Exposition universelle de Shanghai 2010 dont le thème était : « Une meilleure ville, une meilleure vie ». Un travail sur la nature et les quatre éléments «qui nous relie à nos anciens, à ceux qui nous ont laissé cette terre et avaient un lien plus intuitif à la planète. A chaque élément correspond une couleur. Le choix des couleurs est lié à l’enfance : il s’agit des quatre couleurs du stylo de l’écolier, noir, rouge, bleu, vert. La question de l’environnement et de l’existence humaine est d’abord une question de générations, de transmission».
L’artiste a choisi le vert pour représenter la terre, son dessin se veut « un écheveau de motifs, un enchevêtrement de pensées, allant jusqu’au billet vert, le dollar, qui figure la part de l’économie dans la problématique environnementale ». Un dessin qui montre à la fois la puissance de la vie, de la végétation, la diversité mais aussi parfois la fragilité de notre planète.

Exposition du 4 au 30 mai. Vernissage dans le hall de la Maison de la musique, le 4 mai à 18h.
Pour en savoir plus sur les artistes :
- le site de Benjamin Laading

- le site de Florence Cosnefroy
 


+ 6
+ 0
 

Désolé, vous ne pouvez pas laisser d'avis.