Question de la semaine

Combien y a-t-il d'éco-quartiers à Nanterre?
 
facebook


Accueil Actualités Atelier citoyen "Faune, flore, quelle place pour la biodiversité en ville?": l’avis de quelques participants
Atelier citoyen "Faune, flore, quelle place pour la biodiversité en ville?": l’avis de quelques participants PDF Imprimer

12mai-mec1Serge, Mont-Valérien :

"On est tous sensibles à l’écologie, moi parmi d’autres. J’ai trouvé l’atelier intéressant; c’est sûr que c’est plus participatif que si c’était le maire qui décidait tout seul dans son coin… Je retiens surtout l’idée de faire passer régulièrement les gardes-champêtres sur les berges, pour qu’elles soient moins dégradées, mieux entretenues.

D’une manière générale, il faudrait améliorer le civisme, à Nanterre comme ailleurs, pour que les gens ne jettent pas leurs déchets n’importe où,  ce serait déjà beaucoup !"


Rosine, quartier Mont-Valérien, membre des associations CEAN, C’est si bio, la Soupe aux cailloux :

"Ces ateliers sont très intéressants. Parmi les pistes d’action évoquées j’en retiens deux qui m’ont particulièrement intéressée : favoriser les friches et jardins éphémères dans la ville. Et permettre aux habitants de jardiner au pied de leur immeuble, leur confier des espaces à partager. D’une manière générale, je pense qu’il faut développer les actions portées par les citoyens eux-mêmes, les actions où les gens agissent et se prennent en charge, en étant accompagnés par la municipalité bien sûr … Cyria Emelianoff l’expliquait bien samedi dernier lors du débat d’ouverture (télécharger le compte-rendu du débat d’ouverture) : en se réappropriant l’espace public, les habitants réapprendront à aimer leur quartier, l’entretiendront mieux etc. Nous les associations, nous pouvons les aider, en leur donnant des conseils mais aussi des plants de tomates, de salades etc."


12maimec3Romain, Paris, travaille sur la biodiversité au conseil général des Hauts-de-Seine, invité par le service environnement de Nanterre :

"Moi qui travaille sur des dossiers administratifs dans le cadre des marchés publics, ce genre de discussions informelles me permet d’avoir un regard différent sur le sujet. La parole des habitants est importante, elle redit à quel point l’environnement et la nature ont un impact sur la qualité de vie, le bien-être des habitants. Les idées émises comme les friches à développer partout où c’est possible me semblent intéressantes, même si je pense qu’il faudra être attentif à la communication sur ces questions : sinon, les riverains vont croire qu’on n’entretient plus ces espaces, qu’ils sont à l’abandon… Même chose pour l’arrêt des désherbages chimiques sur les trottoirs, je ne suis pas sûr que cela soit bien accepté par la population…"


12maijean-paulJean-Paul, centre ville, association C’est si bio :

"Ce thème m’intéresse bien sûr car je participe au jardin partagé du Mont-Valérien, près du jardin des découvertes.  Une idée évoquée ce soir que je retiens : ouvrir le cimetière du centre, y installer des bancs, ce serait agréable... Les cimetières peuvent être des lieux très beaux, des lieux de calme avec des arbres, où on a envie de s’assoir.
Autre idée intéressante : arrêter les désherbants chimiques sur les trottoirs. Ce serait bien aussi de créer une recyclerie à Nanterre, quand on se promène dans la ville on voit beaucoup de matériaux abandonnés –surtout du bois, des palettes ou autres, qu’on pourrait récupérer et réutiliser. Même chose pour les déchets végétaux qu’on pourrait utiliser pour du compostage."


12maimichelMichel, Chemin de l’Ile, association Naturellement Nanterre :

"Nous (l’association) avons assisté à chaque atelier citoyen de la semaine. C’est important, car cela nourrit la réflexion mais nous attendons surtout des actions !
Dimanche 15 mai, à l'Ecozone, nous allons présenter un composteur dit d’appartement (en fait à mettre sur le balcon, avec des lombrics-compost apportés au début, car ils ne peuvent pas venir naturellement par la terre). On a déjà une liste d’attente de gens intéressés, l’idéal étant bien sûr de sensibiliser un maximum de personnes et d’acheter les composteurs en gros, avec l’aide de la municipalité pour que cela soit moins cher.
D’une manière générale, je trouve que les gens sont de plus en plus sensibilisés à la problématique écologique : dans ma résidence, la copropriété n’a rien voulu savoir pendant longtemps côté compostage. Mais depuis 3-4 mois quelques copropriétaires ont fabriqué un composteur dans le petit parc derrière l’immeuble, et les gens viennent y mettre leurs déchets. A nous d’accompagner les gens volontaires pour leur expliquer comment ça marche et comment se servir du compost !"

 

 


+ 10
+ 0
 

Désolé, vous ne pouvez pas laisser d'avis.